CHALEURS FUNESTES - 26/28

Publié le par catherine GENIN-PIETRI

 

Marc avait reçu une injection de cortisone sensée faire disparaître les œdèmes provoqués par les piqures d’insectes. Le médecin n’avait émis aucune inquiétude, mais donné des recommandations précises, repos et interdiction formelle d’ingurgiter de l’alcool pendant les heures à venir.

 

Plus que le venin des abeilles, la situation à elle seule était empoisonnée. Marc et Jeanne avaient définitivement infecté une ambiance déjà corrosive. Inès était bien décidée à ne pas se laisser contaminer, intoxiquer par la médisance et la calomnie, mais force était de reconnaître que la Grangerie toute entière empestait. Il fallait assainir, désinfecter, purifier la maison des souillures qui s’y étaient installées.

La Grangerie aussi pouvait être vénéneuse ; on pouvait s’y plaire, mais aussi s’y dessécher, s’y laisser enfermer.

 

Inès aurait pu demander à tout un chacun de reprendre sa voiture, de déguerpir, de regagner ses  pénates, de s’éloigner d’elle à tout jamais. Elle préféra gérer la crise à sa manière. Elle conduirait les événements à sa guise, emmènerait ses hôtes et leurs arcanes où bon lui semblerait, pour une fois, elle régirait en maître sans avoir à se soucier des états d’âme des uns et des autres ; ils étaient à sa merci, ils n’auraient plus à la plaindre, à se lamenter sur son triste sort.

 

Never explain, never complain …

 

Elle s’affala plus qu’elle ne s’assit sur le nouveau canapé en rotin. Paul vint la rejoindre. Ils se taisaient. Elle alluma machinalement une cigarette et tout aussi machinalement pianota un sms à Monsieur-son-amant ; laconique, mais pas lapidaire, il  exprimait sa décision de rompre une relation dépourvue d’intérêt. Elle ne l’envoya pas, elle estima que c’était secondaire, dérisoire. Elle savait qu’il n’y aurait pas de drame, pas de crise de larmes et c’était l’essentiel.

Sa priorité était d’écarter toute résurgence du passé et de jouir d’un présent dont elle se voulait actrice à part entière. Après tout, elle avait la réputation d’amuseuse, de comique, elle savait se faire vamp occasionnellement, elle laisserait les rôles de figurante et de doublure à d’autres, elle deviendrait l’unique interprète de sa vie, sans truchement, sans intermédiaire.

 

Les petits enfants dont le film venait de se terminer apportèrent la fraîcheur et la douceur qui faisaient cruellement défaut à ce moment précis de la journée.

 

-      C’était bien ! déclara Lulu en sautillant.

-      Oh, oui ! renchérit Tom. On peut en voir un autre ?

-      Non. Venez vous baigner les garçons, dit Ilona suivie de Caro et de Marie.

-      Chloë n’est pas avec vous ? demanda Inès.

-      Elle est partie rejoindre ses parents, je crois que Jeanne est fatiguée répondit Marie.

 

Christine, Virginie et Sophie s’approchèrent du petit groupe et s’assirent sur la plage. L’épouse de Paul était sublime, vêtue d’un maillot de grand couturier, sa peau hâlée et cuivrée appelait les caresses, mais Paul le Magnifique ne leva pas les yeux.

Christine et Virginie évoquaient des recettes de cuisine et l’état de santé de Marc ne semblait guère préoccuper la future maman.

 

-      Jeanne se sent fatiguée, dit Michel dont le dos, à nouveau courbé, laissait supposer une lassitude chronique. Je ne sais pas si je la raccompagne à l’hôtel ou …

-      Faites comme vous voulez répondit Inès avec un détachement qui n’échappa pas à Virginie.

-      Elle est dans le pool-house, il y fait très bon, elle est allongée sur le canapé.

-      Qu’elle y reste, alors reprit Inès. Tiens, voilà Patrick, bien dormi ?

 

 

Elle avait envie de dire « Bien téléphoné ? », « Bien rigolé avec ta Pouf ? ». Elle pensait tout bas ce que Virginie avait certainement déjà exprimé, à en croire le regard assassin que son amie lança à Patrick.

 

 

Inès observait autour d’elle, tout en pelant son pauvre nez que seule une épaisse couche de crème protection 30 et le port d’un chapeau à larges bords mettaient à l’abri des attaques de l’astre solaire ! Malgré son attifement, son maillot Jeff de Bruges et ses coups de soleil, elle crut déceler une complicité touchante dans le regard de Paul.

 

Elle enfila sa paire de tongs à paillettes turquoise et se dirigea vers le portail que Jeannot avait abîmé avec son tracteur. Il faudrait le faire réparer, peut-être même remplacer, cela lui coûterait encore de l’argent, elle devrait écrire de nouveaux articles, trouver de nouveaux « scoops », donner aux lecteurs de son journal l’envie de s’intéresser à des vies bien pathétiques qu’elle tenterait de rendre glorieuses.

Elle pesta contre les bogues des châtaigners qui lui firent se tordre les pieds, contre son paquet de Marlboro oublié au bord de la piscine, contre elle-même dont la naïveté, la candeur, la crédulité avaient guidé la vie tout au long de ces dix dernières années, mais se félicita aussi de n’avoir cédé ni à la fourberie, ni à la colère après les révélations affligeantes et tragiques de ses amis d’autrefois.

 

 

 

-0-

 

Commenter cet article